not logged in | [Login]

10 raisons…

pour lesquelles la ligne de commande est plus adaptée à l’utilisateur que l’interface graphique

Version originale : http://penguinpetes.com/b2evo/index.php?title=10_reasons_why_the_command_line_is_more

Ces raisons sont valables non seulement pour Linux, BSD et autres types d’Unix, mais aussi pour tout autre système informatique quel qu’il soit. Je ne dis pas tout ça pour les geeks et les utilisateurs avancés, mais parce que cela s’applique à tout utilisateur d’ordinateur, quel qu’il soit, où qu’il soit.

1. La saisie au clavier est plus rapide que le déplacement de la souris.

Vous pourriez discuter ce point, et si vous le faisiez, je préciserai simplement « Pourquoi existe-t-il des raccourcis clavier dans la plupart des interfaces graphiques ? » Et pourquoi sont-ils appelés « raccourcis » ? Parce qu’utiliser une souris pour effectuer une action est la méthode longue, à chaque fois.

2. C’est plus simple à la fois pour donner et pour recevoir de l’aide.

Presque chaque système Debian dispose de synaptic, et je parierai que la plupart des gens l’utilisent. Cependant même les utilisateurs de synaptic répondront toujours aux questions avec une commande apt-get. Peu importe que vous utilisiez apt-get ou synaptic, il est toujours plus efficace d’utiliser l’expression en ligne de commande sous-jacente à l’action effectuée par l’interface graphique pour répondre à une question en ligne. Vous pouvez ensuite interpréter la réponse dans l’outil en mode graphique de votre choix.

Avez-vous jamais vu quelqu’un formuler une réponse à une question qui ne contienne pas une réponse en ligne de commande ? « Allez ici, double-cliquez là, cliquez sur cette liste déroulante, cliquez sur la flèche, cliquez “oui”, cliquez ”éditer”, double-cliquez ceci, cela, sélectionnez ça… » Et cela s’applique aussi sous Windows ; même dans cette situation il est plus simple de décrire une action en commandes powershell que de décrire les actions de la souris.

C’est la raison pour laquelle le courrier présente l’adresse de notre domicile plutôt que de fournir au postier des instructions : « Descendez la rue principale, tournez à gauche, prenez la rue en épingle, tournez à droite, allez au huitième bâtiment à droite, montez les escaliers,… ».

3. Les traumatismes liés aux actions répétitives viennent de la souris, pas du clavier.

Faîtes quelque chose qui requiert le clavier pendant un moment, puis faîtes quelque chose qui requiert la souris pendant un autre moment. Comment se sentent vos mains ? J’ai remarqué plus particulièrement que lorsque je joue à un jeu comme Diablo ou Starcraft, ma main droite se cramponne terriblement après quelques heures. Mais je peux jouer à Nethack toute la journée et ne ressentir absolument aucune douleur. Ceci s’explique par le fait que si vous effectuez le travail de deux mains et dix doigts avec un poignet et trois doigts, vous subirez un plus grand traumatisme liés aux actions répétitives.

4. Les commandes sont standards alors que les interfaces graphiques ne le sont pas

Comment puis-je trouver un mot dans un document avec une interface graphique ? Est-ce que je dois cliquer sur « Édition — Rechercher et remplacer » ? Est-ce que je clique sur « Rechercher — Trouver dans la page » ? Est-ce que la zone de saisie va créer une nouvelle fenêtre, ou bien va-t-elle être apparaître dans le menu, ou encore dans une barre en bas de la fenêtre ? Est-ce que je devrai cliquer sur « Fermer » quand j’en aurai fini ? Est-ce que l’interface de « recherche » est séparée de l’interface de « remplacement » ou sont-elles combinées ? Est-ce que le programme comprend les expressions rationnelles ? Tout dépend du programme que vous utilisez — et bien souvent de quelle version. Et - une fois de plus, peu importe la plateforme — il existe une douzaine d’outils graphiques pour faire la même chose avec des fonctionnalités imbriquées. Laquelle est disponible pour vous ?

Comment puis-je trouver un mot dans un document en ligne de commandes ? Grep ! J’ai appris cette commande une fois en 1998 et n’ai plus jamais du ouvrir la page de manuel depuis. Je serai toujours capable d’utiliser grep dans 20 ans. Tous les systèmes fondés sur Unix disposent de cette commande, même les Macs et Windows en disposent, et c’est la même commande d’une plateforme à l’autre.

5. Les commandes sont plus puissantes.

Cela m’est égal à quel point l’interface graphique est bien conçue, il y a toujours quelque chose que vous devez faire et qu’ils ont oublié de placer dans un menu. Mais les commandes peuvent être adaptées à de nombreux besoins. En particulier lorsque vous devez effectuer la même action plusieurs fois. Allez-y, redimensionnez un lot d’images en vignettes avec votre outil en interface graphique ; vous allez travailler toute la journée alors que je peux rédiger une incantation ImageMagick en une minute et aller faire une sieste pendant qu’il fait tout automatiquement.

Quid de l’édition d’un document où vous vous devez changer toutes les occurrences de quelque chose, excepté dans un cas particulier ? Déplier un pile de fichiers téléchargés, les renommer suivant un gabarit spécifique, et les déplacer dans différents répertoires ? L’interface graphique n’est valable que dans un nombre limité de cas d’utilisation et pour des actions spécifiques, et elle ne vous emmènera pas plus loin.

6. Vous pouvez automatiser les commandes.

Vraiment, vous n’avez à apprendre chaque commande qu’une fois. Ensuite, peu importe sa complexité, vous pouvez la sauvegarder dans un script shell, lancer celui-ci depuis un menu, l’exécuter depuis un raccourci clavier, ou bien même le confier à cron pour l’exécuter automatiquement. Il n’existe aucune tâche de traitement de l’information sur la terre comme au ciel qui ne puisse être réduite à une simple action, étant donné un environnement de scripting convenable.

7. Les commandes sont plus faciles à mémoriser que les clics.

Admettez-le, les cerveaux gèrent mieux les mots que les séquences de mouvement dans l’espace. Combien de fois avez-vous essayé de montrer à quelqu’un comment exécuter une tâche avec la souris, pour constater que sans être assis devant la machine pour le faire vous-même, vous ne pouviez vous souvenir de la marche à suivre ? Apprenez une commande et vous la garderez toute votre vie.

8. Les interfaces graphiques changent en permanence.

Tout le monde veut réinventer le jeu de gadgets graphiques, faire breveter la molette de la souris, repenser l’interface, appliquer sa marque sur l’environnement graphique. Évoquez le sujet de l’interface graphique, et survient aussitôt une discussion enflammée au sujet du simple fait de l’emplacement idéal d’un menu et de l’utilisation préférable d’une réglette ou d’une liste déroulante. Les commandes se sont toujours comportées de la même façon depuis que le clavier existe, fin de l’histoire.

9. Les commandes sont moins sujettes aux erreurs.

Tout ce que je peux entendre concerne la façon dont vous pouvez accidentellement saisir rm -rf ./* ou del *.* au mauvais emplacement et effacer votre système de fichiers. Combien de fois avons-nous réellement fait cela ? Maintenant, combien de fois avez-vous cliqué ‘oui’ ou ‘accepter’ dans la mauvaise boîte de dialogue, avez cliqué le mauvais bouton et fermé la fenêtre alors que vous vouliez la réduire, ouvert le mauvais fichier, sélectionné la mauvaise action dans un menu, essayé trois fois de sélectionner un groupe de fichiers par cliquer-déplacer, cliqué, déplacé et lâché un répertoire au mauvais endroit… la liste se prolonge encore et encore. La souris requiert une coordination et une concentration intenses pour permettre d’atteindre une cible de quelques pixels de large, et dans le cas d’une erreur, l’action erronée est exécutée instantanément.

Une ligne de commandes ne vous met pas en danger tant que vous n’avez pas appuyé sur Entrée. Vous avez donc le temps de la relire après l’avoir saisie afin de vous assurer qu’elle correspond à ce que vous voulez faire. Vous pouvez l’éditer avant de l’exécuter. Et votre cerveau est réellement impliqué dans cette tâche, plutôt que de se concentrer dans la réalisation d’actions au millimètre près avec quelques muscles d’une seule main.

10. Vous devez utiliser le clavier de toutes façons.

Vous pouvez aller loin avec un ordinateur sans souris, tant que les programmes sont configurés pour accepter des commandes clavier. Mais essayez ceci : débranchez le clavier et cachez-le. Maintenant, jusqu’où pouvez-vous aller avec cet ordinateur ? Comment pouvez-vous avoir des conversations par messagerie instantanée, rédiger des courriers électronique, éditer du texte, renommer des fichiers ? Peu importe que vous adoriez votre interface graphique, vous passez toujours le plus clair de votre temps à utiliser le clavier.