not logged in | [Login]

Syndrome de l’imposteur

Appelé aussi complexe de l’autodidacte

Work in progress…

Les symptômes :

Vous ressentez souvent l’impression de manquer de « bagages », de ne pas avoir fait assez d’études.

Vous vous dîtes parfois : « Heureusement que mes collègues ne se rendent pas compte que je ne vaux pas grand chose par rapport à eux ».

Vous vous autocensurez, ou tournez sept^H soixante-dix fois votre langue dans votre bouche avant de l’ouvrir, face à des collègues qui — d’après vous, tiennent vraiment la route.

Vous vous apercevez, bien que très rarement, que vous avez tendance à surestimer les capacités d’autrui.

Vous vous sentez coupable de gagner plus que vos collègues plus jeunes, dynamiques, à la pointe de la techno, mais moins « gradés ».

Vous vous interrogez parfois quant à la réalité du fait que vous êtes un adulte maintenant.

Vous éprouvez rarement ce sentiment inégalable de fierté devant l’accomplissement juste parfait d’une tâche.

Vous avez tendance à instrumentaliser le moindre élément qui corrobore l’hypothèse de votre imposture.

Lorsque vous parlez de tout ce qui précède autour de vous (ça c’est dur !), et que vos interlocuteurs reconnaissent ressentir les mêmes choses (ça c’est systématique !), cela n’atténue en rien à les symptomes et tend même à conforter vos sentiments.

Vous vous dîtes — si vous êtes arrivés jusque là dans cette lecture : « Ce soi-disant syndrome ne relèverait–il pas plutôt d’une lucidité plus grande que la moyenne ? ».

Les facteurs aggravants :

  • Terreau social favorable (maléfice de l’ascenceur)
  • Autodidacte
  • Toucherait plus fréquemment les gens ayant de bons résultats

Les risques

procrastination

workaholisme

influence sur vos proches, les enfants en particulier

la sensation de mentir, de ne pas être à sa place ou de ne pas la mériter, d’être illégitime entraîne le déclin de l’estime de soi qui renforce les symptomes : vous entrez dans une boucle rétroactive (cercle vicieux)

Des éléments de solution :

  • Qualités de l’autodidacte ?
  • régler le défaut d’attribution : étblir la relation réelle entre évènement positif et cause suivant ces trois dimensions (et réciproquement pour les évènements négatifs) :
    • interne plutôt qu’externe
    • stable plutôt qu’instable
    • global plutôt que spécifique
  • accepter ses limites comme faisant partie intégrante de sa personnalité
  • Se remémorer ses points forts, ses succès
  • Les autres ne me jugent pas, c’est moi-même qui le fait et par là m’empêche
  • différence entre effort et potentiel
  • Prise de conscience d’un syndrome réel ou refus inconscient de reconnaître une occurrence de l’application du principe de Peter